DIY : Créer un terrarium en 5 étapes

DIY : Créer un terrarium en 5 étapes

août 4, 2019 0 Par Marie-Julie

Vous connaissez les terrarium? Ces grands bocaux en verre, ouverts ou fermés, qui contiennent différentes types de plantes, formant un écosystème. Côté déco, c’est le must-have de votre salon. Mais soyons honnête, ce n’est pas donné. Alors pourquoi ne pas faire son terrarium soi-même? Voici comment créer un terrarium en 5 étapes.

Avis aux personnes qui n’ont pas la main verte, sachez que les terrariums sont faciles à entretenir. Formant un mini écosystème, ils sont indépendants et nécessitent peu d’entretien … à condition de vous renseigner sur la quantité de lumière et d’humidité adaptée. Ainsi, avant de choisir un récipient et de vous lancer dans un atelier DIY, assurez-vous de choisir les types de plantes adaptés pour votre terrarium.

Suivez le guide :

• Étape 1: Déterminez l’emplacement de votre terrarium
• Étape 2: Choisissez vos plantes
• Étape 3: Sélectionnez votre récipient
• Étape 4: Plantez les plantes tout en délicatesse
• Étape 5: Ajouter les éléments décoratifs de votre choix

Etape 1 : L’emplacement du terrarium

Avant même de déballer tout votre matériel sur la table, demandez-vous déjà où vous voudrez installer votre terrarium. Pourquoi ? Tout simplement pour déterminer :

  • l’éclairage qu’il faudra
  • le type d’installation
  • le choix de votre mini écosystème (terrarium sera ouvert ou fermé)

Quelle est la différence entre terrarium ouvert et fermé?

Un terrarium ouvert, comme son nom l’indique, est ouvert sur le dessus et permet une bonne circulation de l’air. Il convient donc mieux aux plantes grasses (les plantes succulentes par exemple) c’est-à-dire celles qui ne demandent pas un arrosage fréquent.

Un terrarium fermé, quant à lui, est fermé sur le dessus, souvent par un bouchon en liège. Ce type de terrarium est plus humide et demande des plantes nécessiteuses d’eau.

Pour les plantes à sélectionner, on trouve les fougères et la mousse (la même que l’on peut trouver sur les arbres). Vous pouvez d’ailleurs récupérer de la mousse dans une forêt ou sur les arbres que vous trouverez sur votre route, pour un travail encore plus DIY, et moins cher 🙂 .

Gardez juste en tête que les plantes que vous avez choisies partageront un habitat commun. Ce qui signifie qu’elles auront les mêmes besoins au niveau de la lumière et de l’humidité.

Étape 2: Choisissez vos plantes en fonction de la luminosité intérieure

Plantes pour terrarium
Différentes plantes pour terrarium chez Leroy Merlin

Si vous avez un intérieur lumineux

haworthia-plante
Plantes Haworthia

Si vous avez un appartement lumineux, optez plutôt pour un terrarium ouvert avec des succulentes. Voici les variétés que l’on trouve le plus souvent :

• L’arbre de Jade (Crassula Ovata)
• Echeveria : petite plante aux bouts arrondis
• Joubarbe (Sempervivum) : des petites plantes collées les unes aux autres
• Haworthia : poussent en petites touffes (cf. photo ci-dessus)

Les plantes sur la photo viennent de chez Ikea 🙂

Si vous avez un intérieur avec une luminosité moyenne

Plantes aux éphélides

Pour les zones avec un éclairage moyen, vous avez le choix entre un terrarium ouvert ou fermé. Voici une sélection de plantes pour les terrariums ouverts :

• Fougère : c’est ce que vous voyez pratiquement dans tous les terrariums
• Plantes aux éphélides: plantes aux feuilles panachées roses et vertes

Et les terrariums fermés:
Fittonia (c’est les plantes qu’on retrouve souvent dans les terrariums : environ 3euros le petit pot)
• Oxalis Triangulaire
• Palmier Neanthe Bella
• Helxine (Larmes d’ange)

Pour une maison avec une faible luminosité, sombre

Promenez-vous dans les bois…

Si vous vivez dans un appartement avec une mauvaise exposition ou peu de fenêtres, vous pouvez opter pour un terrarium fermé… mais avec de la mousse (rappelez-vous que c’est généralement dans les zones forestières humides et sombres qu’on en trouve) :

• Mousse vivante (si vous en trouvez dans les jardins ou en forêt)

Étape 3: Sélectionnez un récipient

Comme nous l’avons précédemment évoqué, le type de terrarium dépendra des besoins des plantes que vous avez sélectionnées.

Grand format, moyen ou petit… à vous de voir 🙂

Si vous ne savez pas où trouver des récipients pour terrariums, consultez notre article ici.

Étape 4: Plantez vos plantes dans le terrarium

Vous avez dû le voir, mais un terrarium, c’est comme un mille feuille : on trouve plusieurs couches. Et la première couche est souvent du sable, des graviers ou des petits cailloux.

Pourquoi ? Parce que mettre une couche de gravier ou de roches sous la terre permet un bon drainage et une bonne aération. Vos autres plantes, elles, bénéficient de pots avec des trous. Quand vous arrosez abondamment, l’eau peut ainsi s’évacuer, ne pas stagner et évite que les racines soient inondées et pourrissent dans l’eau.

Petites astuces à retenir pour l’entretien d’un terrarium :

Évitez donc les arrosages excessifs qui peuvent entraîner la moisissure et la pourriture des racines. Parce que les révisions ne sont jamais de trop, consultez notre article sur les erreurs des débutants.

Ouvrez le bouchon de votre terrarium fermé pour l’aider à s’aérer de temps en temps. Cela ne concerne pas les terrariums avec de la mousse, car celle-ci a l’habitude d’un habitat humide.

Étape 5: Ajouter des éléments décoratifs

Terrarium avec cailloux, coquillages
Terrarium avec cailloux, coquillages

Ajouter des éléments décoratifs permet de personnaliser votre terrarium et créé un mini jardin, l’occasion de créer son petit monde. Petits personnages, coquillages, pierres ramassées sur la plage… laissez libre court à votre imagination et à votre créativité. Assurez-vous simplement de ne pas trop en mettre afin de ne pas étouffer les plantes.

Pour ceux qui ont juste la flemme

Pour les personnes qui souhaitent avoir un terrarium comme déco mais qui n’ont pas le temps, la patience, ou l’espace pour organiser un petit atelier DIY, il existe des kits clés en main, comprenant tous les éléments mentionnés dans cet article : le conteneur, la terre et les plantes.

Mais c’est quand même plus sympa de le faire soi-même : c’est une fierté d’exposer une de ses œuvres chez soi ou même d’en faire cadeau à ses proches, qui plus est, sera une œuvre unique et personnalisée.